Parole citoyenne

Le droit au sens

Longtemps, le métier d’un maçon, même employé par une grosse entreprise du bâtiment, en plus du salaire souvent maigre, donnait du sens à sa vie. Il pouvait fièrement montrer à son fils ou à sa fille les bâtiments édifiés avec le concours de son travail et se réjouir d’avoir ainsi participé à loger des familles ou des activités. Le travail effectué confirmait son utilité sociale, sa participation à la construction d’une communauté humaine organisée, comme c’est le cas pour le travail de la boulangère, de l’infirmier ou du conducteur de train. C’est pour des raisons de sens que les femmes, longtemps éloignées du salariat ont revendiqué le droit d’entrer dans “le monde du travai” et non pour le plaisir d’échanger la loi du mari contre celle du patron.

Mais si, comme on le voit, les critères de la rentabilité marchande et de la soumission aux objectifs financiers des propriétaires de l’entreprise sont en train de submerger tous les autres, quel sens pour le travailleur ou la travailleuse ? Le nouveau management s’emploie à assujettir les esprits à ces objectifs, à empêcher que d’autres motivations se glissent dans la communauté de travail, par exemple y nouer des amitiés… et les suicides au travail se multiplient. On ne se suicide pas parce que le salaire est trop faible, mais parce que l’activité a perdu tout sens, tout intérêt, toute joie. Un maçon peut joyeusement communiquer avec mon fils ou ma fille sur l’utilité d’un bâtiment qu’il a contribué à construire. Mais s’il annonce fièrement à sa progéniture “J’ai fait monter l’action Bouygues”, il risque fort de s’attirer des regards désolés.

Le salariat, ce n’est pas vendre sa personne contre un salaire. Le harcèlement sexuel au travail est réprimé. Cependant, les pratiques montantes dans l’organisation du travail soumettent chaque année davantage les sept ou huit heures de travail quotidien à l’objectif unique de faire progresser la valeur marchande de l’entreprise. Rétablir un management et une législation du travail qui préserve notre droit inaliénable à produire du sens dans notre activité même quand elle est monnayée contre un salaire ? Droit au sens, droit citoyen ?

Article publié le 1 octobre 2019.

Share This Post On