Parole citoyenne

La rentrée de la libre association

Rentrée des associations. Chaque mois de septembre, le sujet est presque une figure imposée. Chaque association s’affaire. Les associés s’appellent, se donnent des rendez-vous. La maison “de la vie associative” se remet à bruisser de cents projets aussi divers que nos désirs, nos espérances, nos engagements, nos jeux… Association ? Au delà des causes ou des hobbies divers qui nous conduisent à nous associer, scrutons la question qui est posée dans le nom même de la Maison du Citoyen et de la Vie Associative, le lien entre “association” et “citoyenneté” ?

Des utopies tenaces font de la libre association une alternative au mode de gouvernement que nous connaissons. Nous sommes aujourd’hui gouverné par un État et des administrations que contrôlent en partie les règles démocratiques de la représentation élue, règles qui néanmoins n’en changent pas la nature. L’État, démocratique ou non, exerce une tutelle sur les individus et sur la société. Sortir de la tutelle ? Rentrer dans une forme émancipée d’organisation sociale ? Nous organiser par nous même, librement, harmonieusement, en personnes adultes ? Telle est l’utopie ultime de la liberté politique.

Dans l’état actuel des choses, on comprend bien que la libre association n’est pas en mesure de couvrir tout le champ de l’organisation sociale, que des règles imposées à tous par des organismes qui nous surplombent – le gouvernement, l’administration, la police, les pouvoirs locaux – restent indispensables à la paix civile. Cependant, la Maison du Citoyen et de la Vie Associative, par la qualité même du bâtiment qui l’abrite et des services qu’elle offre, est un symbole très parlant de la place accordée à la libre association dans la ville de Fontenay. Le choix de donner aux associations un tel outil a été pris par des autorités locales dont la décision s’impose, mais qui tient son pouvoir de la démocratie représentative. Les nombreuses instances fontenaysienne de démocratie participative rappellent que la parole, la pensée, les vœux des citoyennes et des citoyens restent tout au long du mandat l’aiguillon actif de la démocratie locale. La place donnée à la vie associative permet que de très nombreuses fonctions sociales s’auto-organisent dans la pleine liberté politique des associés.

Bonne rentrée autour de ce gouteux cocktail !

 

Article publié le 2 septembre 2019.

Share This Post On