Parole citoyenne

Humains en tous genres

La plupart des êtres humains naissent soit avec un corps masculin, soit avec un corps féminin. Puis nous construisons notre image de nous-mêmes en puisant dans l’histoire, dans les modes, dans nos désirs intimes, dans les formes admises de la civilité ou dans les révoltes que provoque le déséquilibre des identités. Quasiment partout sur notre Terre, la construction du masculin et du féminin est imbibée d’une histoire multimillénaire, celle de l’ordre patriarcal. Et quasiment partout, la domination masculine est ébréchée par l’action de celles et de ceux qui veulent la liberté et l’égalité des genres. Ce mouvement d’émancipation, sans abolir la différence des corps et des émois, source d’émerveillements si indispensables à nos bonheurs, refuse de les hiérarchiser et d’assujettir les destins individuels aux normes défraîchies du patriarcat. Nouvelles histoires de la virilité, de la féminité, et de tous les dosages possibles entre l’une et l’autre.

Les formes de la séduction en sont modifiées. La belle et troublante séparation de l’humanité en hommes et en femmes n’autorise pas l’un des deux genres, généralement le masculin, à faire de l’autre un objet de plaisir sur lequel il aurait la main par nature. Un puissant mouvement de refus s’est levé contre ces pratiques. La reconnaissance que l’épanouissement des corps et des sentiments peut se vivre aussi du masculin au masculin, du féminin au féminin se répand. Ces amours-là mettaient en danger l’ordre patriarcal. Maintenant que celui-ci commence à perdre de la vigueur, elles apparaissent sans dommage pour la société et sont peu à peu rendues aux choix individuels. Nouveaux chemins de l’amour et du désir, nouvel apprentissage du vivre ensemble, dans ce que cette expression a de plus intense.

Ces questions nous rappellent que la politique, au grand sens du terme, ne se réduit pas à des prévisions électorales ou à des dispositifs budgétaires. Arrive toujours un moment où choisir la société dans laquelle nous voulons vivre noue le collectif et l’intime. Et si nous faisions de l’égalité entre les genres un joyeux exercice de citoyenneté partagée et de créativité civique ?

Article publié le 31 janvier 2018.

Share This Post On