Zoom sur… Fedaba France

La Fedaba ou Fédération des associations Babimbi, compte parmi ses membres des associations villageoises et des personnalités représentatives de la région Babimbi au Cameroun.

Éléments géographiques d’identification de la zone bassa dont la région Babimbi :

Les bassa sont un peuple du Cameroun. Ils se sont établis dans la région située entre les villes de Douala et de Yaoundé, plus précisément dans les départements du Nyong-et-kéllé (région centre) et de la Sanaga Maritime (région littorale). On trouve aussi les bassa dans les départements de l’Océan (région sud), du Nkam (région littorale) et du Ntem (région sud). Avant les indépendances, cette zone des bassa s’appelait  : La Grande Sanaga maritime.

Le bassa ou basaá ou basaa, est une vieille ethnie sortie du ventre de l’Égypte ancienne et une langue du Cameroun. Elle est parlée par environ 800 000 personnes (5 % de la population camerounaise).

Les Bassas sont concentrés dans la Région du Centre et la Région de la Sanaga maritime.

Les activités de la Fedaba

La Fedaba compte parmi ses membres, des associations villageoises et des personnalités représentatives. Dotée du statut de la loi 1901, le siège de la Fedaba est à la Maison du Citoyen et de la Vie Associative. C’est à cette adresse qu’elle initie ses actions et développe certaines de ses activités.

Ses champs d’action

La Fedaba intervient sur divers domaines : culturel, sanitaire, éducation, formation, Solidarité Internationale et interface entre les acteurs de Développement extérieur et les associations Babimbi (Cameroun).

Culturel : promotion de la langue Bassa, danses traditionnelles, cuisine, arts et conférences sur les sujets touchant l’Afrique. La Fedaba collabore avec des artistes africains.

Sanitaire : initie et soutien des actions de santé tant au sein de la population migrante en France que dans le pays d’origine.

Éducation : actrice de l’accompagnement à la scolarité de tous les enfants sans distinction, pour les aider à surmonter leurs difficultés scolaires.

Formation : informe, conseille et accompagne les membres dans les différentes formations qu’ils recherchent. La Fedaba accompagne aussi les étudiants africains qui sollicitent ses compétences dans leurs travaux de recherche. C’est à ce titre que l’école bassa est le laboratoire de l’élaboration des outils pédagogiques et didactiques.

Solidarité Internationale : nous menons des actions visant à sensibiliser la communauté internationale sur les problèmes de développement de notre continent d’origine (l’Afrique), et nos villages à Babimbi au Cameroun. Cela se traduit par notre participation aux manifestations organisées par notre département du Val-de-Marne, Le conseil régional d’Île-de-France ou notre Municipalité : Fête de l’Eau, Fête de la Solidarité Internationale (Madelon), animation des conférences sur les problématiques de l’enfance en Afrique Centrale… Sur ces différents thèmes, nous partageons des échanges fructueux visant à approfondir la compréhension des données souvent mal interprétées, et à proposer des solutions d’amélioration à chaque problème. “pauvreté, malnutrition, cohésion sociale”… Organe représentatif de ses membres auprès des structures consultatives sur les problématiques d’intégration et d’alphabétisation.

L’apprentissage de la langue bassa fait partie de ses activités. À son actif, trois ouvrages déjà publiés  : Yigil i basaa, Tetee et Ntôñ Diséé. Ces ouvrages sont disponibles et distribués dans tous les grands réseaux en France et à l’étranger.

Images Souvenirs

La première fête de la musique en 2001 et la présentation d’ouvrages : 2003 et 2008 tous ensembles avec la municipalité de Fontenay-sous-Bois.

Ses objectifs

• Engager toutes les idées fortes pour rassembler toutes les familles Babimbi (entendons : associations familiales et régionales) établies en France, en Europe et très dispersées aujourd’hui, qu’elles puissent faire partie de la Fédération, afin de créer la dynamique recherchée qui est “unité-amour-développement”.

• Coordonner, impulser les activités de ses composantes ;

• Initier des activités fédératives ;

• Développer des synergies de travail et de collaboration ;

• Développer et œuvrer pour l’insertion et l’intégration ;

• Poursuivre des objectifs qu’une structure de base ne pourrait atteindre seule ;

• Promouvoir la capacité de nous exprimer sur toutes les questions ;

• Être un organe représentant la communauté à l’extérieur ;

• Œuvrer ensemble pour réaliser les objectifs dans les domaines sociaux, culturels et économiques ;

• Apporter aide et assistance au village d’origine en profonde dégradation ;

• Consolider la culture des jeunes générations par des actions concrètes : apprentissage de la langue basaa, des danses traditionnelles ; voyages de découverte dans notre région ; échanges avec d’autres communautés africaines, européennes, etc.

Le départ à la retraite en 2018 de Jacques Nsoumbi

Le Départ à la retraite en mi-2018 prochain de Jacques Nsoumbi, Président de la l’Association Fedaba de 2001 à 2017 soit 16 années de militantisme associatif. Il a succédé au président Samuel Bitanga. Enseignant de droit à la Cci Paris Île-de-France, il a d’abord commencé sa carrière dans les banques, ensuite dans un groupe de presse “Jeune Affrique” et enfin l’enseignement d’aujourd’hui. L’association Fedaba – France est domiciliée à la Maison du Citoyen et de la Vie Associative depuis le début de son mandat en tant que président jusqu’à ce jour. La municipalité de Fontenays-sous-bois a partagé de très bons moments avec celle-ci, dans ses nombreuses activités citées plus loin.avec quelques images souvenirs lors de certaines manifestations.

La relève : pour assurer la continuité de l’association, l’assemblée générale extraordinaire tenue le 24 juin 2017 dernier, a voté pour le nouveau président de la Fedaba : Joseph Bayemi (contact par courriel).

Article publié le 31 août 2017.

Share This Post On