Parole citoyenne

Quand les germes remplacent les repères

L’idée de progrès qui a accompagné l’histoire des nations occidentales depuis cinq siècles donnait un repère simple pour juger de l’efficacité de telle ou telle mesure politique. Progrès scientifique, progrès social, progrès dans l’émancipation humaine, mais aussi “progrès” ou plutôt “progression” sur la face obscure de cette histoire, la conquête du monde et l’assujettissement des civilisations jugées “inférieures”, la dévoration des ressources de la planète, l’accumulation des richesses au bénéfice d’une minorité et au risque de crises à répétition frappant toujours les plus faibles.

Cette histoire est aujourd’hui remise en question par trois grandes crises planétaires à l’issue incertaine.

1 – La crise écologique et le réchauffement de la planète interdisent désormais d’imaginer le progrès humain sous la forme d’une course à l’accumulation sans respect pour les rythmes et les limites de la nature.

2 – Les nations occidentales ne dominent plus le monde. Elles doivent compter avec la Chine, l’Inde, l’Amérique latine, bientôt l’Afrique. L’idée qu’elles représenteraient un modèle universel se délite. Il leur faut refonder leur singularité sur d’autres bases que la seule puissance, se mettre en conversation avec le monde.

3 – La financiarisation débridée de l’économie détourne les richesses produites par le travail de leur but, qui est d’améliorer le sort des humains. Elle fragilise dangereusement toute l’activité humaine, soumise en permanence aux risques de bugs planétaires inhérents à cette machine en folie.

À l’orée de cette nouvelle ère, les vieux repères ne nous servent plus à rien. Il nous faut en construire de nouveaux. L’étrange tournure prise par la vie démocratique en témoigne jour après jour. Dans cette situation, la fonction citoyenne qui peut s’exercer jusque dans les recoins les plus cachés de la vie collective prend une importance nouvelle. C’est grâce à elle et non dans les rapports des cabinets d’experts ou des dispositifs bureaucratiques que nous pourrons commencer à discerner les germes des nouvelles voies de l’émancipation humaine. La catastrophe écologique est possible. La guerre identitaire est possible. L’effondrement de toute justice sociale est possible. Trouvons, soignons les germes de vie qui nous permettront de les éviter.

Article publié le 1 avril 2017.

Share This Post On