3 femmes, 3 expos

Expositions du 3 au 14 janvier 2017

Vernissage des expos le mardi 3 janvier, à partir de 18h30, à la Maison du Citoyen.

Nicole Le Cam

“Depuis mon enfance j’ai toujours aimé dessiner, mais le déclic s’est fait lors d’une rencontre en vacances avec une personne qui par la suite devint mon amie. Cette personne peignait depuis de nombreuses années et naturellement notre conversation a porté sur la peinture.

À mon retour, j’ai commencé à dessiner et à Noël ma sœur m’a offert ma première boîte de peintures à l’huile. Dans la foulée je suis allée m’acheter un chevalet et une toile et depuis je peins, je peins… beaucoup d’éléphants !”

Stojana Cymbler

“En apprentissage seulement depuis 9 ans, j’ai découvert au fil des années mon expression picturale à travers l’observation de grandes œuvres.

J’ai appris à regarder, à exprimer mes émotions, à découvrir plusieurs techniques, à les perfectionner et surtout à peindre avec sincérité et cœur.

La peinture est la révélation tardive de ma vie ! Tant les sujets sont inépuisables et nourrissent mon inspiration.

J’espère faire ressentir mes captures d’émotion, de mouvement ou de beauté. Et, j’aspire à découvrir encore de nouvelles sensations que m’offre cet art et de les partager avec tous.”

Viviane Barzilai

La philosophie bouddhiste ainsi que l’art asiatique m’ont passionnée depuis ma jeunesse. Ma meilleure amie était eurasienne et son père avait été envoyé en mission culturelle à Saïgon (Hô Chi Minh-Ville) par l’État français.

À l’École du Louvre, j’ai étudié les différentes dynasties chinoises. C’est à l’exposition “l’Aventure des écritures” à la BNF (Bibliothèque nationale de France), que j’ai fait l’acquisition de fiches synthétiques retraçant l’histoire de l’écriture, dont le chinois et le japonais.

Au Musée Guimet, la démonstration-performance de deux maîtres japonais suivie d’un cours et ensuite l’enseignement de Hu Jiaxing* m’ont permis peu à peu de me former.

À la Maison de la Culture du Japon (Quai Branly) la découverte des différents caractères officiels : kaï-sho, gyô-sho, so-sho, ten-sho, reï-sho et l’apprentissage du caractère shûji et du sho-dô m’ont aidée à améliorer ma technique. Je poursuis encore cet apprentissage, la maîtrise de cet art demande effort et patience (cf. Fabienne Verdier).

 

 * : Hu Jiaxing : chinois, de l’Université de Nankin qui a suivi les cours de l’École du Louvre et de l’EHESS ; aujourd’hui il enseigne la calligraphie à l’Institut Confucius de Paris.

Article publié le 1 décembre 2016.

Share This Post On