Parole citoyenne

Monde friable ou monde solide ?

Dans “solidaire”, il y a “solide”. On dit qu’un écrou solidement vissé est de nature à “solidariser” deux planches entre elles. Le travail de solidarité vise à donner de la solidité à notre monde, aujourd’hui traversé de tant de tensions, de craquements, de failles, de replis. Ce travail n’est donc pas simplement un impératif moral, un apostolat inspiré des Bisounours ou une lubie de militants tentés par l’angélisme. Il est la condition même d’une transition considérable de l’histoire humaine, d’une transition en cours.

Depuis cinq siècles, quelques nations d’Europe, dont la France, ont entrepris la conquête du monde. L’Occident a peu à peu dominé la planète entière. Ses armes, ses marchandises, ses modes de vie, sa culture ont pris une place démesurée parmi des Terriens qui restaient sourdement pluriels. Ce temps s’achève. La Chine ou l’Inde décident pour elles-mêmes. L’Amérique latine s’affranchit. L’Afrique, dans les soubresauts, prépare son essor. Aux frontières de l’Europe, les civilisations musulmanes d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient connaissent des craquements où s’entrechoquent l’aspiration à la dignité et l’effondrement dans l’horreur. Le chaos aussi est possible. Mais ça bouge inexorablement.

S’il n’est plus tenu par la force, notre monde va-t-il partir en morceaux ? Ou bien saurons-nous, dans les conditions nouvelles, pacifiques, solidaires, “recoller les morceaux” ?

La société fontenaysienne cache une bonne nouvelle. Dans ses écoles, dans ses centres commerciaux, ses lieux de vie associative, son conseil municipal, ses espaces de prière ou ses aires de jeu, les visages des Fontenaysiens indiquent par la variété de leurs traits et de leurs couleurs que des ponts, des attachements existent déjà entre notre ville commune, notre France commune et les autres parties de notre monde commun. Attachements chaleureux de la famille, de l’amitié, messages quotidiens et pensées lointaines. Insensibles au craquements ? Non ! Invulnérables face aux forces de division ? Où a-t-on jamais vu ça ? Mais terreau d’une nouvelle solidité, d’une solidité fraternelle et possible, oui, assurément.

La Quinzaine de la Solidarité internationale serait-elle aussi la quinzaine de la nouvelle solidité fontenaysienne, de la nouvelle solidité française ?

Article publié le 3 novembre 2016.

Share This Post On