Parole citoyenne

Coup de foudre contre le racisme

La France est souvent considérée comme championne d’Europe pour les couples dits “interraciaux”, un terme très approximatif puisque l’espèce humaine n’est pas biologiquement séparée en races, mais que chacun comprend. C’est une bonne nouvelle. Ainsi, la passion d’amour transgresse allègrement les vieilles hiérarchies identitaires issues de la domination coloniale.

Le coup de foudre qui électrise Youssef et Virginie, Aminata et Jérôme pulvérise les barrières dressées par l’histoire entre les uns et les autres. Il n’anéantit pas ses traces. Les parents n’en sont pas toujours enchantés. “Tu n’aurais pas pu trouver un compagnon qui nous ressemble davantage ?” “J’espère que ton mari ne mange pas de porc ?” Les familles devront apprendre à parcourir ensemble les chemins de la tolérance. Mais au fond, affronter la vie à deux pose toujours ce genre de problèmes. Et puis beaucoup de ces couples auront des enfants. Nos fils et nos filles. Nos frères. Nos sœurs. Alors tout bouge. Des discriminations qui semblaient ne toucher que certains et dont les autres croyaient être protégés nous blessent tous comme elles blessent depuis toujours toute la société. Grands-parents, oncles, tantes, cousins, cousines, neveux, nièces, amis qui abolissons, par la puissance de l’amour, la frontière des couleurs…

Parmi ces discriminations, une des plus pesantes, des plus humiliantes pour ceux qui en sont la cible est la multiplication des contrôles au faciès. Renvoyant en cassation un jugement qui condamnait ces pratiques, le Gouvernement a pris la responsabilité invraisemblable de les justifier au motif qu’il s’agirait d’une “population dont il apparaissait qu’elle pouvait être étrangère”. Un mouvement de jeunes et d’élus du Val-de-Marne refuse que certains des nôtres soient harcelés et désignés à la méfiance publique en raison de leur teint de peau, de leur forme de visage ou de la consonance de leur patronyme. Ce mouvement fait honneur à la République. En rappelant la vraie mission des forces de l’ordre – nous protéger contre les bandits – il honore ces services publics dont le courage contre la terreur s’est vu et ne doit pas être sali par des missions indignes.

Article publié le 3 mai 2016.

Share This Post On